< Back To MediaReleases(FR)

Marine Atlantique fait une mise à jour sur un incident impliquant le Blue Puttees

12 septembre 2013

Le 31 juillet dernier, Marine Atlantique a connu un incident impliquant le Blue Puttees au port de Port aux Basques.

Immédiatement à la suite de l'incident, Marine Atlantique a initié une enquête interne afin de déterminer la cause et d'élaborer des mesures de prévention d'un incident similaire. Deux agences externes, soit le Bureau de la sécurité du Transport (BST) et la GRC ont également initié une enquête.

Il a été conclu que l'erreur humaine était la cause de l'incident. Au cours des derniers jours, Marine Atlantique a reçu deux lettres du BST qui font part de la cause et de recommandations à des fins de considération. Marine Atlantique a reçu les conclusions et exécute maintenant le processus d'examen de ces recommandations afin de déterminer les étapes suivantes.

La cause de l'incident, tel que rapporté par le BST, est décrite ci-dessous :

« Le 31 juillet 2013, le navire de passagers Blue Puttees a quitté le port de Port aux Basques, Terre-Neuve-et-Labrador, avec 398 passagers et 91 membres d'équipage à bord et s'est échoué une minute et demie plus tard. Le navire, qui se rendait à Sydney en Nouvelle- Écosse a subi des dommages à la coque, à la hauteur de l'étrave à bulbe et la citerne de ballast No 1 a été percée. Il n'y a pas eu de blessure ou de pollution. Le bateau a été renfloué lors de la marée suivante et retourné au quai d'accostage à des fins d'évaluation plus poussée. »

« Les renseignements obtenus du BST indiquaient que :

Lorsque le Blue Puttees a quitté son poste à quai, le capitaine a ordonné que de tourner le gouvernail gauche de 10˚ et d'appliquer un pas d'hélice vers l'avant de 50 %.

Le maître de timonerie a incorrectement appliqué le déplacement du gouvernail gauche de 10˚.

Après environ 42 secondes, le capitaine a observé que la ligne de foi du radar tribord du centre se déplaçait vers le tribord et il s'est rendu compte que l'ordre de tourner le gouvernail avait été exécuté à l'inverse; et

Le capitaine a appliqué un renversement complet du pas de l'hélice, mais la vitesse du navire avait déjà atteint 9,6 nœuds et le navire s'est échoué avant de pouvoir être arrêté.

Les recommandations suggèrent que Marine Atlantique effectue une révision de sa gestion des ressources à la passerelle ainsi que des vitesses du navire que Marine Atlantique utilisent pour l'entrée ou la sortie de port.

Marine Atlantique a déjà commencé à examiner ces renseignements avec tous les capitaines et à effectuer des mises à jour et des améliorations pouvant être requises. Nous avons également engagé le Conseil national de recherches, un organisme indépendant de recherches hautement spécialisé situé à St. John's afin de nous aider à réaliser la recherche requise au sujet de la vitesse à laquelle un navire doit entrer et sortir de chacun de nos ports.

En ce moment, une personne a fait l'objet de mesures disciplinaires relativement à l'incident.

Marine Atlantique est engagée envers la sécurité des ses opérations et examine actuellement les renseignements fournis à date et met en œuvre des changements visant à empêcher qu'un incident semblable ne se reproduise.

- 30 -

Personne-ressource pour les médias:

Darrell Mercer

Communications

Téléphone : 709.772.0073 ou 709.727-2405

Courriel : dmercer@marine-atlantic.ca